Recommandations du 18ème AABNF
 
 
 
 
     
   
 

Recommandations du 18ème AABNF


Après passation de la présidence de l’association Africaine de la fixation biologique de l’azote à l’Algérie, sous la présidence du Pr. Bekki les participants venant de divers pays africains (Algérie, Sénégal, Mali, Tunisie, Maroc, Afrique du Sud) et d’ailleurs (Hongrie, France, Espagne, Finlande, Angleterre) ont exposé leurs travaux organisés en trois sessions (Biodiversité des symbioses fixatrices d’azote, Interactions sol-plantes-microorganismes, fixation de l’azote et sécurité alimentaire) suivies d’un « satellite meeting » dédié à l’association africaine des mycorhizes (AFRINOM).
A l’issu des résultats des quatre communications plénières, des 22 communications orales et des 150 affiches, les participants ont émis les recommandations suivantes :

1. La fixation biologique de l’azote reste un outil incontournable dans la lutte contre la faim, la préservation de l’environnement pour assurer un développement durable ;

2. Malgré les divers résultats de recherches exposés, beaucoup reste encore à faire en matière de leurs applications sur le terrain ;

3. La vulgarisation auprès des partenaires du secteur de l’agriculture, de l’environnement en matière de production de biofertilisants est une nécessite à développer ;

4. Afin de résoudre ce problème et donner à cette thématique sa place dans les divers mécanismes biologiques qui gèrent les écosystèmes, des compagnes, portes ouvertes et essais à petite échelle chez les divers agriculteurs paysans et les divers secteurs socio-économiques sont nécessaires ;

5. Sensibiliser les décideurs politiques de la nécessité de tracer des programmes à cours, moyen et long terme permettant de réduire
graduellement l’utilisation des engrais chimiques et les remplacer par des biofertilisants (engrais biologiques) ;

6. Notre souhait et challenge est d’ici 2050 que la balance engrais chimique – biofertilisants soit équilibrée et pourquoi pas évoluer vers la généralisation de l’utilisation rationnelle contrôlée des engrais biologiques composés essentiellement de microorganismes sélectionnés ;

7. En matière de recherche et formation, malgré les progrès réalisés depuis l’existence de cette association, nous constatons qu’il est nécessaire de développer des réseaux de formation Licence – Master et Doctorat permettant une meilleure maitrise de cette biotechnologie ;

8. Des progrès sont encore à faire dans le domaine de nos collaborations sud-sud,

9. Encourager la mobilité des chercheurs et étudiants entre les pays africains et partager les idées, les points de vue et le savoir-faire de tout à chacun des retombées des recherches entreprises.

Le Président de l’AABNF
Pr. Bekki Abdelkader


Fichier(s) a télécharger

 

 

 

 Tous Droits Réservés LBRAP ®  2014                                                                   Conçu par  Iconytechnology